Fibromyalgie : notre dossier complet

La fibromyalgie est un syndrome qui entraîne des douleurs chroniques et diffuses. Les professionnels de santé estiment que son origine est neurologique. Les douleurs que la maladie provoque sont souvent associées à des troubles du sommeil et de la fatigue. Si elle touche un grand nombre de personnes à travers le monde, la fibromyalgie demeure mal connue de beaucoup de patients et de nombreuses questions persistent à son sujet. Voici tout ce que vous devez savoir au sujet de la fibromyalgie.

fibromyalgie

Qu’est-ce que la fibromyalgie ?

La fibromyalgie est une maladie relativement complexe, qui se caractérise par de nombreux symptômes. La plupart du temps, les personnes qui en souffrent ressentent des douleurs diffuses chroniques dans l’ensemble du corps. Certaines douleurs se retrouvent par pression, à certains endroits. En règle générale, la fibromyalgie s’accompagne de plusieurs symptômes tels que de la fatigue, des troubles du sommeil, des troubles de l’humeur ainsi que de l’anxiété. L’imprécision des critères diagnostiques en fait une entité encore très mal caractérisée. Le plus souvent, la fibromyalgie fait l’objet d’un diagnostic d’élimination, ce qui signifie que les médecins écartent toutes les maladies susceptibles de causer des douleurs chroniques diffuses avant d’envisager le diagnostic d’une fibromyalgie.

La fibromyalgie porte plusieurs noms, comme polyentésopathie, fibrosite, ou syndrome polyalgique idiopathique diffus (SPID). L’origine de la maladie reste floue, ce qui explique en grande partie sa complexité. Les chercheurs n’ont pas encore mis en évidence la présence de lésions spécifiques à la fibromyalgie. Cependant, ce syndrome est bel et bien reconnu comme une maladie, ce qui permet de développer la recherche.

Quelles sont les causes de la fibromyalgie ?

On ne connaît pas encore très bien les causes de ce syndrome. Si la fibromyalgie entraîne des douleurs musculaires chroniques, elle ne génère pas de lésion visible dans les muscles, qui pourraient expliquer ces douleurs. Les médecins pensent donc que de nombreux facteurs entrent en jeu et sont à l’origine de cette maladie. Certaines hypothèses ont été avancées par les chercheurs, comme des anomalies physiologiques du système nerveux, une diminution du seuil de perception de la douleur, des facteurs génétiques ou encore, un épuisement de l’axe du stress (axe hypothalamo-hypophyso-surrénalien).

D’autres pistes sont également explorées, comme celle des facteurs biologiques, des événements extérieurs ou du profil psychologique.

Quelles sont les personnes touchées par la fibromyalgie ?

La fibromyalgie est un syndrome assez fréquent, qui touche environ 2 % de la population. En règle générale, elle débute aux alentours de la trentaine. Les femmes sont des personnes risque. En effet, la maladie présente une certaine prédominance féminine, puisqu’elle a tendance à affecter huit femmes pour seulement deux hommes. Les chercheurs estiment que l’apparition de la fibromyalgie serait influencée par les hormones sexuelles, mais ils n’ont pas encore déterminé de quelle manière.

Certaines personnes sont plus susceptibles que d’autres de développer ce syndrome. Il s’agit par exemple de celles dont un membre de la famille souffre ou a souffert de dépression. On peut aussi citer les personnes qui souffrent du syndrome des jambes sans repos ou qui présentent des troubles du sommeil causés par des spasmes musculaires nocturnes. Les personnes atteintes d’une maladie rhumatismale comme le lupus ou la polyarthrite rhumatoïdes sont aussi considérées comme des personnes à risques. Mais elles ne sont pas les seules.

En effet, d’autres personnes présentent plus de risques de souffrir de fibromyalgie, comme celles qui ont contracté une infection importante, à l’image de la maladie de Lyme, d’une hépatite ou encore, du VIH (virus de l’immunodéficience humaine). Les personnes ayant vécu des expériences traumatisantes sont également concernées : accouchement difficile, choc émotionnel ou physique, chute, sévices sexuels, accident, intervention chirurgicale majeure…

Par ailleurs, quelques facteurs de risque existent et peuvent favoriser l’apparition de la fibromyalgie. Il s’agit du manque ou de l’excès d’activité physique, ainsi que les pensées catastrophistes. Ces dernières désignent le fait de se rapporter systématiquement aux douleurs et à leur influence négative sur la vie de tous les jours.

Quels sont les symptômes de la fibromyalgie ?

symptome fibromyalgie

Symptôme de la fibromyalgie

Comment peut-on détecter la fibromyalgie ? Cette maladie se caractérise le plus souvent par des douleurs diffuses et étendues, essentiellement ciblées sur les muscles. Ces douleurs s’accompagnent alors d’une fatigue chronique importante ainsi que de troubles du sommeil. Mais comme nous l’avons vu, ce ne sont pas les seuls symptômes associés à la fibromyalgie. En effet, ils peuvent différer d’une personne à l’autre. Par ailleurs, les symptômes et leur gravité peuvent être influencés par le moment de la journée, le climat, l’activité physique ou le niveau de stress de chaque personne.

Les symptômes de la fibromyalgie

On peut associer plusieurs autres symptômes à la fibromyalgie. Il s’agit de :

  • Un sommeil léger et non réparateur, qui entraîne une fatigue dès le réveil ;
  • Des douleurs musculaires diffuses qui engendrent des raideurs matinales. Certaines parties du corps sont douloureuses au toucher. Les épaules et le cou sont souvent touchés, ainsi que les bras, les jambes, le thorax et le dos ;
  • Une douleur constante, généralement accentuée par l’humidité, les efforts, le froid, les émotions et le manque de sommeil ;
  • Une fatigue chronique et persistante, que le repos ne permet pas d’atténuer ;
  • Des maux de tête et des migraines, pouvant être causés par des tensions musculaires ainsi qu’un dérèglement des voies de contrôle de la douleur ;
  • Des difficultés pour se concentrer ;
  • Le syndrome de l’intestin irritable, entraînant des constipations, des diarrhées et des douleurs abdominales ;
  • Un syndrome de la vessie irritable ;
  • Des menstruations particulièrement douloureuses et un syndrome prémenstruel très marqué ;
  • Une anxiété ou un état dépressif ;
  • Des fourmillements et engourdissements dans les mains et les pieds ;
  • Ainsi qu’une augmentation de l’acuité des sens entraînant une sensibilité accrue à la lumière, aux odeurs, aux sons et aux changements de températures.

Le diagnostic de la maladie

Le diagnostic de la fibromyalgie repose essentiellement sur un examen clinique, visant à éliminer les autres causes possibles des symptômes. Les médecins posent le diagnostic de la fibromyalgie lorsque toutes les autres possibilités ont été écartées.

Les évolutions possibles de la maladie

La fibromyalgie est une maladie qui se développe sur plusieurs années, et notamment à partir de trente ans. Dans la plupart des cas, elle a tendance à s’atténuer à partir de soixante ans. On ne considère pas la fibromyalgie comme une maladie grave, dans le sens où elle ne provoque pas de complications majeures. Néanmoins, il s’agit d’une maladie pénible et véritablement invalidante pour celles et ceux qui en souffrent. La plupart du temps, les douleurs chroniques sont persistantes et elles résistent aux traitements, qu’ils soient psychologiques, physiques ou médicaux. Cependant, ces douleurs ont tendance à se stabiliser avec le temps et même à s’atténuer. Elles n’entraînent généralement aucune aggravation particulière.

L’intensité de la fatigue et des douleurs est limitante dans les activités de la vie quotidienne. Il arrive également qu’elle ait des conséquences sur la vie professionnelle des patients. Néanmoins, maintenir une activité professionnelle se montre généralement bénéfique physiquement et psychologiquement pour les personnes qui souffrent de fibromyalgie. Parfois, des aménagements du poste et du temps de travail sont nécessaires.

Les traitements de la fibromyalgie

La fibromyalgie est une maladie complexe, qui ne bénéficie pas de traitement dédié pour le moment. La recherche se poursuit dans ce sens. La médecine tente aujourd’hui d’agir sur la douleur, et de permettre aux patients de mieux la supporter au quotidien. Ainsi, s’il n’existe pas de traitement véritablement efficace contre la maladie, il existe tout de même une prise en charge.

Traiter la douleur et les troubles du sommeil avec les médicaments

Pour aider les patients qui souffrent de fibromyalgie, les médecins décident le plus souvent de leur prescrire un traitement médicamenteux. Celui-ci a pour vocation d’agir sur les symptômes de la maladie, et de les réduire autant que possible. Il s’agit d’agir sur la douleur et sur les troubles du sommeil.

Traiter les douleurs

Les antalgiques et les antidouleurs (à l’image de la morphine) permettent de réduire la douleur, mais ils ne peuvent pas s’utiliser de manière prolongée. Dernièrement, le tramadol, appartenant à la famille des opiacés, s’est montré particulièrement efficace sur les patients atteints de fibromyalgie. Il s’agit cependant d’un médicament utilisé en dernier recours.

La plupart du temps, les personnes qui souffrent de fibromyalgie ont recours aux anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme l’ibuprofène, l’acétaminophène et le naproxène. Ces médicaments atténuent les douleurs, mais leur efficacité varie considérablement en fonction des personnes. Ils sont souvent recommandés pour les patients chez qui la fibromyalgie se déclare en parallèle d’une maladie inflammatoire. À long terme, ces médicaments peuvent engendrer des effets secondaires indésirables, comme des ulcères à l’estomac, des douleurs et saignements à l’estomac, ainsi que de l’hypertension et des douleurs aux reins. De plus, il faut rester vigilants face à l’abus de médicaments antidouleur.

Il arrive aussi que les patients qui souffrent de ce syndrome aient recours aux relaxants musculaires, aux sédatifs et aux anticonvulsivants.

Traiter les troubles du sommeil

En parallèle de la douleur, il est possible de traiter les troubles du sommeil afin de restaurer un sommeil réparateur. Dans certains cas (si ces troubles sont au premier plan et en cas de fond anxio-dépressif), des antidépresseurs à doses restreintes pourront être utilisés. Ces médicaments sont les plus utilisés contre la fibromyalgie, en raison de leur effet sur les douleurs. L’amitriptyline est également utilisée dans ce cadre, tout comme la duloxétine. Les antidépresseurs à faibles doses semblent constituer les meilleurs traitements contre les troubles du sommeil et les douleurs de la fibromyalgie. Or, tous les patients n’y trouvent pas de soulagement.

Prise en charge non médicamenteuse de la fibromyalgie

Bien souvent, les médicaments ne permettent pas d’améliorer la qualité de vie des patients. La plupart d’entre eux ont besoin d’une prise en charge multidisciplinaire, basée sur des traitements médicamenteux et des approches complémentaires. Ces dernières visent à relaxer les personnes atteintes de fibromyalgie, et à leur apprendre à mieux gérer la douleur. À l’heure actuelle, ces méthodes demeurent les plus efficaces pour apprendre à mieux vivre avec le syndrome.

La balnéothérapie est l’une de ces méthodes. En cas de fortes douleurs, les bains d’eau chaude apportent un soulagement rapide, avec ou sans exercices musculaires. Les exercices physiques et d’aérobie sont également conseillés. L’exercice physique intègre le traitement de base contre la fibromyalgie. Il contraint l’organisme à produire des endorphines. Il s’agit des hormones à l’origine du bien-être, et qui ont pour effet de calmer les douleurs. Les exercices d’aérobie se pratiquent en piscine, dans une eau chaude, de préférence. Ils permettent ainsi de réduire les douleurs causées par la fibromyalgie.

Enfin, la prise en charge des patients peut aussi être psychologique, par le biais d’une psychothérapie. En effet, cette science peut apporter des bienfaits conséquents aux patients atteints de fibromyalgie. Dans ce cadre, il est recommandé de poursuivre une thérapie cognitivo-comportementale.

Les recommandations de l’Association médicale canadienne

L’Association médicale canadienne prodigue quelques conseils pour réduire les douleurs et soulager les symptômes de la maladie. Parmi eux se trouvent ces recommandations :

  • Pratiquer des massages réguliers ;
  • Avoir un sommeil régulier (se coucher et se lever à heures fixes) ;
  • Appliquer les compresses chaudes sur les zones douloureuses du corps ;
  • Faires des exercices d’aérobie et des étirements ;
  • Limiter les périodes de stress et les causes du stress.

Prévenir la fibromyalgie : est-ce possible ?

Comme les causes de la fibromyalgie ne sont pas formellement identifiées pour le moment, il n’existe aucun moyen véritablement efficace pour prévenir cette maladie. Il est simplement conseillé de ne pas être en surpoids, puisque celui-ci peut accentuer les douleurs aux muscles et aux articulations. Pour savoir si vous êtes en surpoids, mesurez votre tour de taille et calculez votre indice de masse corporelle (ou IMC).

Conseils pour mieux vivre avec la fibromyalgie

Les patients doivent apprendre à vivre avec cette maladie et ses symptômes. Pour un quotidien plus agréable, ils peuvent agir sur leur hygiène de vie et pratiquer des activités physiques variées comme l’aérobie, mais pas seulement. La relaxation est aussi une pratique qui peut aider à mieux vivre avec la maladie. D’autre part, les personnes atteintes peuvent aussi éviter les boissons excitantes comme le thé, le café et l’alcool, et varier leur alimentation en prenant soin de consommer des aliments antioxydants (légumes et fruits frais).

Fibromyalgie : notre dossier complet
Cet article vous a plu ?